La jeunesse a toujours été un thème favoris de la littérature. La découverte du monde à travers les yeux d'adolescent ou d'enfant est un exercice voire un challenge pour les auteurs. C'est parce que l'on a tous été enfant un jour qu'il est facile de lire et d'écrire la vie de jeunes héros.Une sorte de seconde crise d'adolescence mais aussi un instinct maternel ou paternel de vouloir protéger le héro. On redécouvre le monde en relisant nos livres préférés.

 

 

 

 

 

La découverte du monde peut se faire à travers des épreuves et expériences que vivent les héros des romans. Pour ma part je retiens surtout la petite fille Scout de « Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur » et ce pour plusieurs raisons. La première est la différence entre notre monde et celui dépeint dans le livre. Celui qu'expérience Scout est gouverné par le racisme et les préjugés ambiants. Il est dur pour une enfant de 7 ans de comprendre le monde des adultes qui prétendent tout savoir. Scout va comprendre avant même de réaliser vraiment que la société dans laquelle elle vit est raciste mais qu'elle ne peut rien y faire. Les yeux d'un enfant ne voient pas le monde de la même manière ; pour eux tout le monde est identique, le monde n'est ni blanc ni noir, ni bon, ni mauvais... il est juste tel qu'ils le vivent. Ainsi, ce livre brise l'enfance de Scout un peu trop vite en la confrontant à la brutalité du monde et de ses injustices.

 

Le roman, écrit du point de vue de Scout, est d'autant plus poignant. C'est comme une redécouverte du monde avec les sentiments d'une enfant de 7 ans. En lisant ce livre, on remonte dans le temps : on a 7 ans à nouveau et l'on voudrait changer le monde.

 

 

 

Le second livre dont je voudrais vous parler est également mon favoris. Il s'agit de « L'attrape cœur ». Ce livre est assez controversé car souvent associé aux marginaux, voire même aux tueurs en série (Mark David Chapman avait un exemplaire sur lui avant de tuer John Lennon). Pour ma part, je pense qu'il y a plus que cela... Dans le roman, Holden, le narrateur est expulsé de son établissement scolaire et va errer 3 jours durant dans la ville de New York. Holden est un adolescent qui, perdu dans la grande pomme, est déboussolé par ce qui l'entoure et il se détache alors de toutes ses émotions, jusqu 'à se foutre de tout. C'est pour cela qu'il est qualifié de marginal car détaché de tous sentiments socialement requis. Mais cette marginalité n'est-elle pas une illustration de la période délicate de l'adolescence. Ce détachement et indifférence jusqu'à un cynisme grinçant ne sont que l'exemple même du refus de grandir. Holden se protège du monde des adultes qu'il refuse, en se transformant en fantôme dans les rues new-yorkaises.

 

Ce roman est celui qui m'a ouvert les yeux sur l'adolescence et sur ce que la vie et la société attendent de nous beaucoup trop tôt. Parce que Holden prend sa propre voie et décide de ne pas répondre aux exigences de la société, il est l'exemple même de l'adolescent qui se cherche. Quand on est encore jeune et indécis par la vie, ce livre est un échappatoire qui nous permet de déverser nos angoisses et frustration à travers la froideur et détachement du jeune garçon.

 

 

 

J'espère que tout comme moi, vous trouvez dans ces romans un moyen de remonter le temps et de découvrir le monde à travers le prisme de l'adolescence qui est aussi douloureux que libérateur.